Collège à Elven 2 – étude architecturale

L’aura de cette architecture va plus loin que la simple construction. L’architecture devient un théâtre, ou plutôt des théâtres. C’est d’abord un théâtre paysager. Par ses ouvertures choisies, il amène chaque visiteur a contemplé une partie du paysage, comme une scène. Sur cette scène, l’histoire ne s’inscrit pas dans une temporalité courte mais bien au fil des heures de la journée et des saisons. Ensuite, c’est un théâtre de la vie. Les transparences et les percées visuelles se multiplient au centre du projet de telle manière que, où que l’on se situe, il y a toujours une scène de vie quotidienne à admirer. A un endroit des enfants jouent sur le terrain multisport, à un autre certains discutent dans la galerie haute, on entend de la musique émaner du patio de l’étage... Cette architecture met en valeur ces petits instants du quotidien dont la valeur est souvent oubliée. Mais qui dit théâtre dit intériorité, dit atmosphère. Ici, chaque temps (celui de l’accueil, du travail, du repas...) a un parcours dédié. A travers ces cheminements, ces passages, ces espaces, chaque parcours amène l’élève dans un autre monde. Depuis une enveloppe extérieur rugueuse, inscrite discrètement dans le paysage, l’enfant progresse vers un intérieur chaleureux, protecteur, autour du bois. Chaque jour, une nouvelle scène se déroulera au sein de ce catalyseur social.